Walls and Rights

Cession Collage contre le SIDA

1891473_882006048483842_2901973378217162769_oSida : nous ne sommes pas invincibles, le virus non plus

Beaucoup nous ont demandé "à quand une prochaine?", la voici.

Après deux expos, Walls And Rights revient dans la rue, son terrain naturel. A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, les artistes sont invités à poser leurs créations lors d'une session de collage collectifs sur les murs du Marais, sur les thèmes de lutte contre le sida et les autres IST, la promotion du préservatif, du dépistage, du soin de soi-même et de l'autre.

Parce que l'épidémie ne faiblit pas et peut toucher tout le monde, hétéros, bis, homos,
Parce les homos et les trans représentent les populations les plus menacées de contaminations, avec les personnes hétéros originaires d'afrique sub-saharienne,
Parce que les IST (syphillis, hépatites, blennorragies, gonorrhées, chlamydia) touchent majoritairement les homos et que les prises de risque se multiplient,
Parce qu'il faut sans cesse rappeler les fondamentaux, notamment aux plus jeunes, hétéros comme bis et homos,
Parce qu'il préférable de se faire dépister le plus tôt possible après une contamination, pour bénéficier des traitements et freiner l'évolution de la maladie et devenir moins contaminant,

notre terrain d'action sera le Marais.

RDV dimanche 30 novembre, à 13h, au pied du centre Pompidou, place stravinsky (fontaine niki de saint phalle), pour partir déambuler dans le Marais.
A la fin de la session, pour celles et ceux qui le souhaitent, nous rejoindrons la manifestation organisée comme chaque année à l'appel d'Act Up-Paris.

Pour les artistes qui ne peuvent pas se joindre à nous, franciliens, provinciaux ou étrangers, vous pouvez nous envoyer vos collages par la poste. Demandez l'adresse d'expédition en message privé à Paris Art Urbain.

Protégeons-nous, soignons-nous, protégeons les autres !

Contact : Paris Art Urbain, 06 13 50 89 80, orga.wallsandrights@gmail.com
______________
Walls And Rights est un collectif qui incite les street artistes à s'emparer de revendications sociétales autour d'événements, exposition, sessions de collages. Une première exposition en novembre 2012 a promu l'égalité des droits homos-hétéros et dans une moindre part la lutte contre le sida. S'en est suivi une session de collages lors d'une manifestation en faveur de la loi pour le mariage des couples de même sexe, en janvier 2013.
Une deuxième exposition s'est tenue en mai 2014 pour soutenir les droits de toutes les femmes et la lutte contre les violences.
http://wallsandrights.canalblog.com/
______________

Event and Call for artists

AIDS : we are not invicibles, the virus either

After two exhibitions, Walls And Rights back into the street, its natural terrain. On the occasion of the World Day against AIDS, artists are invited to put their creations during a session of collective collage on the walls of the Marais (Paris - France), on the themes of fight against AIDS and other STIs, condom promotion, screening, care of yourself and each other.

Because the epidemic don't weak and can affect everyone, straight, bis, gays,
Because gays and trans represent the most threatened population by the risk of contamination, with straight people from sub-Saharan Africa.
Because STIs (syphilis, hepatitis, gonorrhea, gonorrhea, chlamydia) are mainly affecting gay and risk-taking is increasing,
Because it must constantly remind the fundamentals, especially toward younger, straight, bis, gays,
Because it's better to be tested as soon as possible after contamination, to benefit from treatment, slow the progression of the disease and become less contaminant,
our field of action will be the Marais.

For artists who can't join us, provincial or foreign, you can send us your collages by post. Ask the shipping address with a private message to Paris Art Urbain.

Protect us, take care of us, protect others!

Contact: Paris Art Urbain, 06 13 50 89 80, orga.wallsandrights@gmail.com
______________
Walls And Rights is a group that encourages street artists to capture societal claims throught events, exhibition sessions collages. The first exhibition in November 2012 promoted equal rights between gay and straight and to a lesser extent the fight against AIDS. This was followed by a session of collages during a demonstration for the law of marriage for same-sex couples in January 2013.
A second exhibition was held in May 2014 to support the rights of all women and the fight against violence.


RDV dimanche 30 novembre, à 13h, au pied du centre Pompidou, place stravinsky pour un collage engagé et créatif !

Posté par sarachelou à 23:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Wall And Rights 2 !! Le corps dérangé/dérangeant de la femme

war

Après une première édition consacrée à l'égalité des droits homos - hétéros et à la lutte contre le sida, "Walls and Rights" revient avec pour thématique centrale, le corps de la femme.
Seront abordés les différents aspects sociaux, politiques, religieux et culturels, soulevés par ce thème.


50 Artistes exposent pour les droits de toutes les femmes.
Enjeux et pouvoir autour du corps féminin, IVG, PMA, droites des lesbiennes, trans, travailleuses du sexe, lutte contre les violences.

 

 

Posté par sarachelou à 11:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Walls And Rights, une exposition militante (W.A.R?)

showcardgothic

 


En accords avec l'actualité et désireux de s'engager ouvertement en ces temps de décisions cruciales, 30 artistes issus du street art s'engagent pour l'égalité des droits homos-hétéros (mariage, adoption, procréation médicalement assistée), lutte contre le sida et contre les discriminations, la discrimination des minorités touchées par la maladie, les combats quotidiens des séropositifs, lesbiennes, gays, bis, transexuels, queers, intersexes, des travailleurs du sexe dépréciés par notre société.

L'exposition se tiendra du 17 au 25 Novembre 2012 au 50 rue Stendhal métro Gambetta à Paris dans une friche industrielle qui nous ouvre ses portes pour l'occasion. Les oeuvres exposées ont été crées par les artistes spécialement sur ces thèmes. Il y aura des performances, de la musique, et beaucoup d'amour!!

En partenariat avec

download

 

 

 

attachment

 

 

 

download-1

 

 

 

Contact Presse : Mikaël Zenouda
Tél 06 13 50 89 80 mikael.zenouda@laposte.net

 

« Si le choix du street-art pour revendiquer l’égalité des droits peut paraître d’une portée furtive et utopique dans un monde devenu numérique où les communications de masse sont désormais immédiates, cette démarche, en interaction directe avec l’environnement urbain, prend toute sa place dans ces revendications au regard de son histoire propre.

Associé une dimension esthétique et artistique, écrire ou peindre sur un mur à toujours fait parti des moyens de revendication politique ou sociales, que ce soit en mai-68, lors des combats féministes pour le droit à l’avortement, la lutte contre la peine de mort ou encore lors du mouvement des droits civiques au Etats-Unis.

L’économie de moyen, la spontanéité de peindre dans la rue confère à cette démarche, à l’image des pochoirs issus du mouvement punk-rock de la fin des années 70, une grande liberté d’action, un choix dans la force des images et slogans dont l’impact se doit d’être immédiat et percutant.

 

Le choix du lieu de cette exposition, dans un squat, à l’heure ou se loger n’a jamais été aussi coûteux, où les lois sur le quota de logements sociaux ne sont pas toujours pas respectées, où les préfectures ferment ces lieux abandonnés par leurs propriétaires et réquisitionnés par nécessité, il est important de rappeler aux pouvoirs publics qu’outre apporter un hébergement, dans des conditions difficiles, à ceux qui en sont privé par un système locatif hors de prix, ces lieux sont souvent de véritables relais culturels dans les quartiers, organisant rencontres, concerts, exposition, ateliers accessibles à tous. Ce rôle culturel, qui ne leur est quasiment jamais reconnu par les services publics, mériterait bien plus des subventions que des expulsions.

Sans la collaboration active du squat Stendhal, actuellement en attente d’une décision de justice, nous n’aurions sans doute jamais pu mettre sur pied cette exposition en un temps record, pour répondre au plus vite à la stigmatisation ambiante envers la communauté LGBTQI.

 

A tous ceux qui sont encore en 2012 contre l’égalité des droits et qui promettrent alors à la société foudre et apocalypse, à tout ces ultra-catholiques qui ne trouvent pas de sujets plus urgent pour se mobiliser (tiens, au hasard, le logement) : nous ne voulons plus être tout juste tolérés, nous ne voulons plus nous asseoir au fond du bus, nous voulons les mêmes droits et nous aurons cette loi. »

 

downtown

 

 

Posté par sarachelou à 20:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 septembre 2014

Le reportage en images Paris Tonkar

http://paristonkar.wordpress.com/2014/05/12/walls-and-rights-le-reportage-photo/

Walls and Rights :: le reportage photo

Walls and Rights

Après une première édition consacrée à l’égalité des droits et à la lutte contre le sida, "Walls and Rights" revient avec pour thématique centrale, le corps de la femme. Sont abordés les différents aspects sociaux, politiques, religieux et culturels, soulevés par ce thème.


50 Artistes exposent pour les droits de toutes les femmes.

Avec Al Lwo-Akiza – Bastek – Baubô – Elodie Besnaïnou – Blue – Brat Brat – Axel Borrel – Gabri le Cabri – Sara Chelou – Catherine Cisinsky – DIMI3 – Downtown – Dugudus – Epsylon Point – Ers – Gael Fortier/Marie Thullier – La Fronde – Pierre Gregori – Rafael Gray – Amaury Grisel – Roswitha Guillemin – Hana Log – JPM – Isa Kaos et Dom Garcia – Khairon – Krash 2 – Kounouz – Claude Laurent – Larrivaz – Miss Fuck – Samuel Lecoeur – Axel Leotard – Christine le Roy – Tania Llinares – Madame – Valérie Maho – Paola Meza – ME Paris Marlène Ehrhard – Miss Tif – Misungui – Néa – Nice Art – Ose – Pole Ka – Yuri Pezkamino – Karine Pelgrims – Kim Prisu – Shadee K – Amada Suero – Suriani – Tarek – Emilie Vauhallan – Vivi Albac – White Trash Peggy – Fred Zag – Iza Zaro.

(Crédits photographiques : les artistes sont cités sur leurs images + JPM pour les autres)
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Onyx  Exposition du 8 au 18 mai.
L’Onyx, 6 rue Jean Jaurès, 93170 Bagnolet,
M° Gallieni (L3)

Posté par sarachelou à 21:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Article dans Yagg magazine

http://yagg.com/2014/05/08/walls-rights-du-street-art-pour-defendre-et-liberer-le-corps-des-femmes/

CULTURE & LOISIRS | 08.05.2014 - 11 H 11 | 1 COMMENTAIRES
«Walls & Rights» : du street art pour défendre et libérer le corps des femmes
Publié par 
Après une première édition consacrée à l’égalité des droits et à la lutte contre le sida en 2012, l’expo qui allie street art et militantisme revient du 8 au 18 mai à L’Onyx un squat de Bagnolet. Notre reportage photos et audio.

Des murs pour défendre et revendiquer des droits. Après une première édition en novembre 2012 sur l’égalité des droits et la lutte contre le sida dans un ancien squat du XXème arrondissement – Le Stendhal -, l’exposition de street art engagé et militant,Walls & Rights, fait son grand retour du 8 au 18 mai au squat de L’Onyx à Bagnolet (93).

Avec pour thème «Le corps dérangé/dérangeant de la femme», les organisateurs de cette exposition aux fortes revendications souhaitent mettre en lumière les artistes – graffeurs, street artists, photographes, plasticiens, etc – qui jouent du corps de toutes les femmes pour mieux les défendre et les libérer. Plus de 50 artistes ont été invités, à l’image du célèbre Bastek, à se fondre parmi les fresques qui ornent déjà cet ancien bâtiment administratif, reconverti en squat d’artistes dont l’une des résidentes, Sara Chelou, est co-organisatrice de l’événement avec Valérie Maho et Mikaël Zenouda, militant d’Act Up-Paris.

Interrogée au micro de Yagg, la poichoiriste raconte la genèse de cette exposition qui évoque autant le genre, que les travailleurs/ses du sexe, l’IVG, l’identité de genre ou les amours saphiques.

walls and rights 4 sara chelou

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Interview de Sara Chelou.

Céline Lebovitch et Rafael Gray font partie des artistes invités de cette exposition. Chacun à leur manière, ils expriment leur vision du corps des femmes: de l’apologie des amours lesbiennes à la dénonciation du machisme dans le porno et la publicité. Pour Yagg, ils expliquent leurs oeuvres et leur engagement à travers la peinture, le street art ou le collage.

walls and rights 15 celine lebovitch miss fuck

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur interview de Céline Lebovitch.

walls and rights 3 rafael gray

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur interview de Rafael Gray.

Vernissage le jeudi 8 mai de 16h à 22h avec des performances, et notamment du bondage avec Amaury Grisel et Misungu (interdit au moins de 18 ans). Ouverture les mercredi et vendre de 17h à 20h et les samedi et dimanche de 14h à 20h.

Posté par sarachelou à 21:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 mai 2014

WAR2 la programmation !

10177338_284041331772800_8627173429739696480_n

Jeudi 8 mai :

16h : ouverture de l'exposition

18h : Performance collective de peinture

19h : Mix avec LETO aux platines

20h : Performance Bondage d'Amaury Grisel et Misungui

1797540_10152425659398103_170035801210847351_n

Posté par sarachelou à 09:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2014

50 Artistes exposent pour les droits de toutes les femmes.

Après une première édition consacrée à l'égalité des droits homos - hétéros et à la lutte contre le sida, "Walls and Rights" revient avec pour thématique centrale, le corps de la femme.
Seront abordés les différents aspects sociaux, politiques, religieux et culturels, soulevés par ce thème.


50 Artistes exposent pour les droits de toutes les femmes.
Enjeux et pouvoir autour du corps féminin, IVG, PMA, droites des lesbiennes, trans, travailleuses du sexe, lutte contre les violences.

Avec Akiza - Bastek - Baubô - Elodie Besnaïnou - Blue - Brat Brat - Axel Borrel - Gabri le Cabri - Sara Chelou - Catherine Cisinsky – DIMI3 – Downtown - Dugudus - Epsylon Point - Ers – Gael Fortier/Marie Thullier - La Fronde - Pierre Gregori - Rafael Gray – Amaury Grisel - Roswitha Guillemin - Hana Log - JPM - Isa Kaos et Dom Garcia - Khairon – Krash 2 – Kounouz - Claude Laurent - Larrivaz- Samuel Lecoeur - Miss Fuck - Axel Leotard - Christine le Roy - Tania Llinares - Madame - Valérie Maho – Paola Meza - MiryaM Maxo - Marlène Ehrhard - Miss Tif - Misungui – Néa - Nice Art - Ose - Pole Ka - Yuri Pezkamino - Karine Pelgrims - Kim Prisu - Shadee K - Amada Suero - Suriani – Tarek - Emilie Vauhallan – Vivi Albac - White Trash Peggy - Fred Zag - Iza Zaro.

 

Akiza

10299061_409327742542437_4143358992120468046_n

 

 

Bastek

10270076_10203053250006023_1922497348_n

 

Baubô

10246809_10152056149322960_9180304349480975151_n

 

 

Elodie Besnaïnou

 

574523_4340143299427_68649319_n

 

 

Blue 

579040_172893849516622_1288787461_n

 

 

Brat Brat

1621847_1429445240632387_1297257996_n

 

 

Axel Borrel

10261883_10202629839480638_1032310139_n

 

 

Gabri le Cabri

1517616_270274639810719_9175484129011454194_n

 

 

 

Sara Chelou

923035_252195284923908_730798517_n

 

 

Catherine Cisinsky

10286886_10152448795739497_1047233412275488302_o

 

 

DIMI3

522183_3272990757477_531580574_n

 

 

Downtown

544524_391856314169337_1196273231_n

 

 

Dugudus

554532_158948497586930_1094554592_n

 

 

Epsylon Point

10169194_10203421034389075_1549034244_n

 

 

 

 Ers 

1622873_564516646978244_856369645_n

 

 

Gael Fortier

1493508_756624254362298_1948686449737023299_o

 

 

La Fronde 

1002293_379962532105095_31658612_n

 

 

Pierre Gregori

1932304_1474354912777031_976698330_n

 

 

Rafael Gray

704083_10151685744034341_897716037_o

 

 

Amaury Grisel

1912329_717404268312557_2010135016_n

 

 

Roswitha Guillemin

10250062_718439071510293_3637653139378397965_n

 

 

Hana Log

10335363_282873601889573_1320482452_o

 

 

JPM

10258640_656697487734710_4469779105695941368_n

 

 

Isa Kaos

1621940_670331186337483_9023868812558466359_n

 

 

 

 

 

Dom Garcia 

996596_10151781338178695_1148567298_n

 

 

Khairon

1969353_730891123612024_1076487850_n

 

 

Krash 2 

66788_10151526094199019_914515704_n

 

 

Kounouz

10152612_244445412407185_1236219886_n

 

 

Claude Laurent

10007354_10152777082359838_7806252086310555020_o

 

 

 Larrivaz

36364_105580022827184_310962_n

 

 

Samuel Lecoeur 

1221063512162_f

 

 

Miss Fuck

1978893_640620689353771_4298323694816573872_n

 

 

Axel Leotard 

ed21d4_175d0c7dc024488e9e7278a5b6e74de8

 

 

Christine le Roy 

1911718_10152311505156812_900904898_n

 

 

Tania Llinares

1393635_10201735903233774_1844481273_n

 

 

Madame

33969_196276953824007_85174379_n

 

 

Valérie Maho 

1236760_10201830529543218_56379370_n

 

 

MiryaM Maxo

39720_454768193273_734986_n

 

 

Marlène Ehrhard

1932621_232206123652929_6981041763951261878_o

 

 

Miss Tif 

10259464_774851872532594_1231385836_n

 

 

 

 

Misungui

1538932_275837535910823_4102076559033755072_n

 

 

Néa

10313988_10152327982979484_6834699909443422075_n

 

 

Nice Art

923005_748682911824556_1305767896_n

 

 

Ose

1904212_10203180590665600_1509838073_n

 

 

Pole Ka

10154416_10152314715845349_7880503935461362504_n

 

 

Yuri Pezkamino

10259051_10203361400893096_519536529172766674_o

 

 

Karine Pelgrims

1493321_10152231583500750_696531425_o

 

 

Kim Prisu

10177964_10201003424526866_2267878861254828409_n

 

 

Shadee K

1613981_228900263983515_3747048822970529484_n

 

 

Amada Suero 

10276436_774861165864998_2103112499_n

 

 

Suriani

10253862_10200952551256199_6127199292883263672_n

 

 

Tarek

10297936_10152199116013369_8891433852924237830_n

 

 

Emilie Vauhallan

10312165_774867392531042_1522818260_n

 

 

Vivi Albac 

13973725333_3c94bb47b3_b

 

 

White Trash Peggy

1236333_10151855930157871_166535664_n

 

 

Fred Zag

10151115_10202670845125630_1895978012_n

 

 

Iza Zaro

10299352_774870665864048_1239548388_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par sarachelou à 12:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'Onyx : Le squat comme une évidence et une nécéssité.

W.A.R 2 si tiendra une nouvelle fois cette année dans un squat, à la fois d'habitation et d'artistes.
Les raisons de ce choix sont celles de la liberté d'action, puisqu'il n'est pas facile de trouver une galerie qui permette à la fois d'aborder des thèmes politiques et engagé sans contrainte, de réaliser des installations, et grace à l'espace d'acceuillir un maximum d'artistes qui désirent s'engager pour cette cause.

L'interêt est également de réaliser cette exposition militante dans un lieu qui centralise des situations d'urgence et une solidarité citoyenne ou les individus prennent en main les choses eux memes pour les faire évoluer et c'est aussi cette communion d'esprit et d'action qui motive notre choix.

 

Posté par sarachelou à 12:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le corps de la femme, la rue, l'art et la politique

 

10273558_10152455764759497_5505179120506027735_n

Artiste Catherine Cisinski

De la même façon  que W.A.R1, W.AR 2 s'inspire dans son concept de la nécéssité d'exprimmer le désir de justice par un art militant qui s'inscrit également sur les murs, avec cette nécéssité de représenter le corps de la femme de façon à la faire glisser de l'intérieur ou il est confiné ou réduit vers un extérieur qui tend à lui reconnaitre une existence sociale qui le dégage de la main mise qui est faite sur lui en général.

L'interet de cette exposition est qu'elle met en oeuvre un discours autour de la femme en tant que sujet qui se promene librement sur les murs dans les représentations, mais ou la femme n'est pas simplement la muse mais sujet à une reflexion sur sa condition et sa situation universelle qui lui donne le droit de se démarquer librement, sortant de la notion d'oeuvre d'art pour entrer dans celle du sociétal et du politique.

Plus large que le street art l'exposition mélange pour cette édition artistes installateurs, performeurs, sculpteurs, photographes, peintres, créateurs d'expressions de tous poils pour mettre en espace leurs points de vues ou leurs revendications, hors des codes ou avec des valeurs redéfinies à l'aune des manques et des richesses qui concernent la femme et son corps mis en question.
Des tables de presse notament du planing familial viendront étayer toutes ces reflexions et leur donner un cadre sociétal (et politique ?)

 

Posté par sarachelou à 12:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le corps dérangé/dérangeant de la femme : Quels droits pour quels enjeux

10173648_10152056126092960_124972019471657777_n

 

Artiste Baubô, installation d'utérus en papier sur arbre, photo @ Vanna Santoro

1) Qui s'approprie le corps féminin?

- Fécondation :

Limitation : pilule, implant, stérilet, IVG. La femme retrouve le contrôle de son corps et la liberté d'en jouir, grâce à la médecine.
Facilitation : PMA, procréation médicalement assistée, un accès pour tous les couples (hétéros comme lesbiens) et les femmes célibataires, pour aider à avoir un enfant.
-Le sexe et le corps : Le montrer (s’habiller comme on le souhaite) et le nommer (connaître son anatomie) devient un acte politique de réappropriation de soi, de son intégrité et de son plaisir, quand les injonctions de le cacher voire de le mutiler (excision) et l’utilisation contrainte, psychologique ou physique (harcèlement de rue, au travail, violences conjugales, viol) ne sont que des moyens destinés à asseoir une domination sur le corps de la femme.
-La prostitution : Reconnaître les droits et le statut des prostituées dans le cadre d'un exercice libre et autonome, sans forcément en faire l'apologie et en mettant l'accent sur la lutte contre la prostitution forcée et la précarité liée à leur statut actuel.

2) Qu'est-ce que le féminin?

-Le genre : le contrôle du corps féminin tient à une vision partiale de ce qu'est la femme. Ce n'est donc pas une question de sexe, biologique, mais de genre. Les us et coutumes autour de ce que doit être une femme varient selon les époques et les pays. "On ne naît pas femme, on le devient" (Simone de Beauvoir).
-Le corps transgenre : la situation actuelle des trans en France devant passer par un parcours long, ponctué par les avis des médecins, des psychologues et des juges illustre la représentation figée ce que doivent être les corps féminin et masculin. Pour une identité et des papiers d'état civil basés sur le ressenti propre à chacun, sans stérilisation, avec ou sans opération de changement de sexe.

En résumé le corps dérangé et dérangeant de la femme reste un sujet tabou dans toutes les sociétés tant du point de vue de sa place dans la société et dans les espaces public et privé que de l'appropriation par la femme de son propre corps. Il n'en reste pas moins qu'au-delà du symbole le corps dérangé/dérangeant de la femme est un symptôme particulier d'un monde en recherche d'égalité et d'avenir (éducation des petites filles, accès à tous les métiers, liberté d'expression de sa propre identité).

 

Posté par sarachelou à 11:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]