10173648_10152056126092960_124972019471657777_n

 

Artiste Baubô, installation d'utérus en papier sur arbre, photo @ Vanna Santoro

1) Qui s'approprie le corps féminin?

- Fécondation :

Limitation : pilule, implant, stérilet, IVG. La femme retrouve le contrôle de son corps et la liberté d'en jouir, grâce à la médecine.
Facilitation : PMA, procréation médicalement assistée, un accès pour tous les couples (hétéros comme lesbiens) et les femmes célibataires, pour aider à avoir un enfant.
-Le sexe et le corps : Le montrer (s’habiller comme on le souhaite) et le nommer (connaître son anatomie) devient un acte politique de réappropriation de soi, de son intégrité et de son plaisir, quand les injonctions de le cacher voire de le mutiler (excision) et l’utilisation contrainte, psychologique ou physique (harcèlement de rue, au travail, violences conjugales, viol) ne sont que des moyens destinés à asseoir une domination sur le corps de la femme.
-La prostitution : Reconnaître les droits et le statut des prostituées dans le cadre d'un exercice libre et autonome, sans forcément en faire l'apologie et en mettant l'accent sur la lutte contre la prostitution forcée et la précarité liée à leur statut actuel.

2) Qu'est-ce que le féminin?

-Le genre : le contrôle du corps féminin tient à une vision partiale de ce qu'est la femme. Ce n'est donc pas une question de sexe, biologique, mais de genre. Les us et coutumes autour de ce que doit être une femme varient selon les époques et les pays. "On ne naît pas femme, on le devient" (Simone de Beauvoir).
-Le corps transgenre : la situation actuelle des trans en France devant passer par un parcours long, ponctué par les avis des médecins, des psychologues et des juges illustre la représentation figée ce que doivent être les corps féminin et masculin. Pour une identité et des papiers d'état civil basés sur le ressenti propre à chacun, sans stérilisation, avec ou sans opération de changement de sexe.

En résumé le corps dérangé et dérangeant de la femme reste un sujet tabou dans toutes les sociétés tant du point de vue de sa place dans la société et dans les espaces public et privé que de l'appropriation par la femme de son propre corps. Il n'en reste pas moins qu'au-delà du symbole le corps dérangé/dérangeant de la femme est un symptôme particulier d'un monde en recherche d'égalité et d'avenir (éducation des petites filles, accès à tous les métiers, liberté d'expression de sa propre identité).